L’auteur

 

L’auteur

Né en 1973 en Haute-Loire, l’auteur est ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud (1994-1998) ; agrégé d’histoire (1997) et docteur en histoire de l’IEP de Paris (2012). Il a enseigné en collège, lycée, et à l’Université (Sciences Po Paris et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, où il a notamment dispensé un cours de licence sur l’histoire du libéralisme contemporain). Après une thèse sur Michel Debré et les rapports entre politique et haute administration (Entre administration et politique : Michel Debré (1912-1948). Du service de l’État à l’entrée au forum, Institut Varenne, 2013, 2 vol.), il a orienté ses recherches vers l’histoire du libéralisme, ainsi que vers l’étude de l’œuvre politique du philosophe Alain, auquel il voue un culte tout particulier. Outre son intérêt (à la fois personnel et professionnel) pour Alain, Benjamin Constant, John Stuart Mill, et plus largement tous les représentants de la vaste littérature libérale (des anarcho-capitalistes aux libéraux conservateurs), l’auteur est passionné par Lisbonne et par les (bonnes) séries télévisées – mais il n’en sera guère question ici…
Bien que très large d’esprit et soucieux de s’adresser à tous, l’auteur de ces pages n’a toutefois pas grand chose à dire aux doctrinaires d’extrême gauche et d’extrême droite ; aux conservateurs obtus (j’insiste sur l’adjectif, n’ayant rien contre les conservateurs intelligents) ; bref aux dogmatiques et fanatiques de tout poil – y compris les homophobes (inutile de demander pourquoi, c’est ainsi : pour Sartre, les anticommunistes étaient tous des chiens ; pour sa part, l’auteur aime trop les chiens pour en dire autant des homophobes, mais l’idée est bien celle-là…).
Pour le reste, gens de gauche comme de droite, utopistes anarcap ou conservateurs ouverts, vous êtes les bienvenus sur ce site et êtes vivement encouragés à nouer une discussion libre et sereine (j’insiste sur ce dernier point : ceux qui veulent vomir leur bile peuvent toujours aller se défouler sur Facebook ou Twitter : c’est fait pour ça). Le fil d’Ariane de tous les textes publiés sur ce site est le libéralisme, entendu au sens large et pratiqué dans tous les domaines (politique, économique et culturel).

 

Propos en Liberté

 

Ce site aimerait contribuer à l’étude et à la diffusion de la philosophie libérale – française et étrangère – trop négligée dans notre pays par l’université et le monde académique. Il entend être un lieu de réflexion et de débat, en commentant l’actualité sous un angle libéral, mais surtout en essayant d’alimenter des discussions de fond par une étude aussi distancée et apaisée que possible des grandes questions politiques. Répétons-le : ce site ne se revendique d’aucune chapelle ou école particulière, et a vocation à engager des débats avec tous les courants du libéralisme, des conservateurs (ouverts) aux anarcho-capitalistes (fussent-ils quelque peu exaltés : leurs délires sont souvent propices à la réflexion…), en passant par les libéraux sociaux et autres courants venus de la droite comme de la gauche.
Toutefois, cet œcuménisme trouve une limite qui est celle-là même de la philosophie libérale : toute pensée ou toute personne jugeant que la liberté individuelle n’est pas une valeur cardinale et que sa défense intransigeante doit être la mission première de tout libéral qui se respecte ne trouvera pas son compte ici. Qu’il aille voir ailleurs : il n’aura aucun mal à trouver ce qu’il cherche.
De fait, la diversité des libéralismes – qui fait toute la richesse de ce courant de pensée – est néanmoins exclusive d’un certain nombre de valeurs : ni le racisme, ni l’antisémitisme, ni l’homophobie, ni l’intolérance sous toutes ses formes, ne sont compatibles avec les valeurs de souveraineté de l’individu, de tolérance et d’ouverture d’esprit défendues – et même exaltées – ici.